September 7, 2019 0

1— Comment on fabrique une typo ? Émilie Rigaud — DYPOFEST

1— Comment on fabrique une typo ? Émilie Rigaud — DYPOFEST


alors la première question
c’est évidemment comment ça se fabrique une typo Les gens, surtout le grand public, n’en ont pas forcément conscience puisque elles sont déjà dans l’ordinateur les typos, — donc il y a quelqu’un qui les a fait ? — Ben oui, elles ne sont pas arrivées avec la machine. Je vais vous présenter le processus de travail, enfin mon processus de travail, à travers la création de ce caractère, le Coline. qui est en fait le tout premier caractère que j’ai designé quand j’étais encore étudiante en dessin de caractères à l’Université de Reading en Angleterre. Cela remonte à une dizaine d’années. C’est un caractère particulier
parce que j’avais toute une année pour travailler dessus
là vraiment, que c’était encore dans le cadre de ma formation, après par la
suite, quand on travaille on peut rarement passé une année comme ça, à temps plein dans de la recherche c’était vraiment un caractère de recherche, où
j’ai pu poser poser les bases de mon processus de travail et je voulais faire
un caractère qui soit adaptée au livre de poche, aux livres de petit format donc ça implique des contraintes
particulières. Il faut que le caractère soit compact en espace, qu’il ait des
ascendante et descendante assez courtes et qu’il soit lisible dans des conditions
d’impression pas forcément optimales c’est à dire sur un papier un peu trop granuleux ou encore une encre d’un peu de mauvaise
qualité. Donc toutes ces contraintes définissent un peu
un genre de brief pour le caractère et pour ce faire, pour démarrer, je me suis
inspiré du travail de Simon de Colines qui est un imprimeur français du
début du XVIème siècle qui était justement un des premiers à faire des
livres de petit format. Il voulait faire des livres pour les
étudiants qui ne soient pas trop cher donc étant moi même étudiant de l’époque, je trouvais que c’était un chouette type et je suis partie de son travail.
Là, vous voyez un ouvrage de 1525 puisque lui été confrontée aux même contraintes
en fait aussi. Il fallait que ce soit économique et d’autant plus à
l’époque. Le papier et l’encre était encore de moins bonne qualité.
Donc là, on voit … j’avais des reproductions pas très bonne, le but
c’était pas de vraiment reprendre ses formes mais plutôt de m’inspirer des proportions donc là on va j’ai entouré les lettres
qui me paraissaient juste pour mon projet surtout le «e», j’ai beaucoup regardé le «e». Et donc là, on voit les premiers dessins du «e» à partir donc du travail de Simon de Colines et tout à droite, vous voyez la version numérique. Les premiers sont des dessins et la version numérique La famine Coline
en fait se compose de trois membres de la famille que vous voyez ici, la coline
Première, la Coline Cursive et la Coline Extrême et en fait tout l’enjeu du
caractère c’est qu’il n’y pas d’italique. en fait les trois Coline fonctionnent
un peu comme l’une peut être l’italique de l’autre si on veut. Pour autant il n’y a
pas de caractère proprement parler incliné comme dans l’italique
par contre ce qui change d’une Coline à l’autre c’est le rythme du tracé donc
c’est à dire qu’on voit bien que dans le premier c’est très stable, très
typographique avec des empâtements voilà, la 2ème cursive est un peu plus
souple et la troisième est carrément dans un rythme, vraiment
nerveux de dessin. Donc c’est redressé mais ça a un rythme d’italique, un rythme de quelque chose qui aurait été tracée par la main et c’est ce qui m’intéressait d’avoir cette progression de la typographie à quelque chose qui est du domaine de l’écrit, du geste Là, on voit les trois Coline mises les unes à côté des autres donc on voit que ce qui se passe
c’est que l’axe se redresse. par exemple entre les trois «h», vous voyez l’axe entre les trois collines petit à petit redresse dans le contraste et
en dessous sur les «n» on voit les attaques et les sorties qui sont aussi de quelque chose de très typographique, on passe petit à petit au geste en fai, à
des attaques et des sorties beaucoup plus souples donc c’est vraiment tout
l’enjeu du projet et à partir de ces trois membres qui sont vraiment sur des
squelettes différents d’y rajouter des graisses donc voilà des bolds, des lights et des blacks donc en tout, on a sept membres de la famille mais dans ces trois structures en fait très différentes les unes des autres pour pour arriver à ces formes là j’ai beaucoup dessiner donc moi personnellement je décide vraiment beaucoup la lettre et je fais beaucoup d’allers retours entre le dessin à la main et le travail avec les outils numériques il y a certains designers qui sont très à
l’aise tout de suite en numérique mais moi j’aime bien retrouver la trace de la
main fait dans les caractères voilà ça ramène un peu des imperfections, comme ça qui reste, si on commence par le dessin plutôt que tout de suite se jeter
sur des points vectoriels donc voilà on voit que j’ai aussi
beaucoup cherché pour les diacritiques Les diacritiques, c’est tout ce qui inclut les accents tous les petits signes qu’on ajoute autour de la lettre, la ponctuation. De même pour les empattements, Là, on voit d’ailleurs que j’ai d’abord fait une structure à l’ordinateur et j’essayais de chercher les empattements en dessinant à la main, pour trouver le plus juste, des formes un peu bizarres, d’ailleurs si vous y essayez de faire des caractères, vous vous rendrez compte que si on fait des empâtements comme en bas à droite, c’est n’importe quoi en fait, ça marche pas, il vaut mieux rester, peut-être plus
classique dans les empâtements et chercher des subtilités de dessin
ailleurs. Au final j’ai gardé celui qui est au milieu, qui rentre dans la lettre comme ça avec ce qu’on appelait avant des pièges à encre ce qui fait qu’imprimé dans des mauvaises qualités ça va se boucher et on ne verra pas ses gros points vous creusez en fait dans la m donc
voilà beaucoup beaucoup de dessins à nouveau pour les pour les différentes
versions du colis et une fois qu’on a numérisé cédé 5 on a travaillé leur
maman premiers jeux de caractères là les 26 lettres de l’alphabet et quelques et
ensuite s’en suit toute une phase de correction pour arriver à ce que les
lettres se comporte de façon harmonieuse qu’elle puisse être composé les unes
avec les autres son problème parce que si on fait des lettres très très
expressive que chaque lettre s’exprime beaucoup
après quand on compose un texte avec va être ça va pas tenir coi donc il faut
trouver l’équilibré entre des caractéristiques fortes mais en même
temps quelque chose qui reste enfin lisible et plaide pas discret mais
disons que le texte soit agréable à lire vous trouvez cette éclipse n’est pas
évident et au niveau des formes et vous aussi raffinées les contrastes raffiné
le l’épaisseur des traits pour que tout soit pour que le gris des textes soient
uniformes et safran beaucoup beaucoup de temps aux prophéties correction comme ça
j’en ai lettres en grand mais en escrime en petit aussi pour voir ce que ça donne
même travail sur les sur les capitales ici moi j’aime bien à noter aussi pour
me souvenir de ce que voilà des changements que j’ai fait et l’âme on a
le résultat final pour le lac c’est et les dessins du colline première on le
voit aussi en regular et donc ensuite on fait les autres grèce à partir de ça le
bol et là rebelote il faut que toutes les toutes les épaisseurs de trois soirs
bonne et c’est ça prend quand même beaucoup de temps pour pour arriver en
texte un green techs homogène la deuxième une colline qui que vous voyez
ici qui est donc un peu plus souple un peu plus en direction de l’écrit là le
processus était encore pousser un peu plus loin serait bien j’ai d’abord écrit
beaucoup à une échelle normal d’écriture ensuite j’ai sélectionné les lettres
écrites par et c’est pas mal jaser agrandi sto copieuse et géré dessiné par
dessus a peut-être cette taille là qu’on peut près 5 ou 6 centimètres d’eux ou
deux ça permettait de garder comme ça cette énergie de la main mais ensuite
votre travail et les formes dans le sens où il avait envie de les pousser et donc
à nouveau pas mal de décence à cette chose que j’étais à garder aussi été
beaucoup trop souffle beaucoup de conclure 6 mais
voilà ça je pense qu’il reste des traces de ça dans le dessin au final ce que
j’ai fait des petites croix c’est ce que ce que j’ai gardées effectivement je
crois que j’ai abandonné le est la boucle mais le frêle dans les collines
il y est donc là on voit bien le processus de classe et la première
colocks et des lettres que j’avais dessiné a grandi est copieuse ensuite la
phase de dessin et à la fin de la version finale voit par exemple que sur
le y chez duras porphyre la descendante pour que ça allait bien avec les autres
mais globalement dans le dessin il ya déjà l’idée de ce que la loi de la
guerche au final quoi numérique et ça c’est une petite collection des
serviettes que j’avais ni dans le colline cursive puisque maintenant
l’espère lui est ce signe qu’on a comme ça sur les claviers
mais à la base c’est une ligature d’un e édenté donc ça me faisait plaisir de
jouer avec célia tueur donc j’en ai fait 5 comme ça pour le caractère collines et
là on revoit nouveau les trois en pologne
vous pouvez constater que le rythme voilà on va vraiment là quelque chose de
plus en plus cursif sur le casque car étant le premier typographique le
deuxième déjà plus souple et dernier carrément la boucle de caen pour les
clés sur le a aussi doublé le premier et crespo et les deux autres tiennent de la
forme la variante en italique mais redresser pas incliné
ça ça perturbe un peu les utilisateurs parfois travail et est beaucoup plus
dure sur les capitales parce que rendre les capitales qui sont des objets très
rigide et droit à la capitale romaine les rendre souple et cursif s’est élevé
le plus difficile je trouve dans ce caractère donc j’avais fait beaucoup de
dessins à nouveau et donc passé le colline 3
le cousin excentrique ici on voit des choses parce qu’on voit bien géré ça le
lui frankenstein puisqu’il est découpée et avant collée en plein de morceaux je
sais pas si on voit très bien mais j’ai jamais vraiment travaillé la lettre un
peu comme une sculpture en fait tailler les masses des noirs et des blancs donc
pas juste par le contour mais l’a carrément l’imprimé puis il y avait je
ne sais pas du noir entre où j’ai recoupé qui leur manquait géré dessinée
j’ai mis du blanco je travaille quand même mes lettres ces deux-là 12 10 les
banques si ça pouvait être entre eux des jeux le flux en 3d et donc pareil là par
exemple sur des saints du m black ici donc j’ai imprimé mon aide
mais je voulais pas que celui du milieu que le jambages du milieu soit le même
donc bien dessinée que ça paraissait plus
naturel plutôt que de l’ordi de copier-coller rome côte-à-côte
voilà le troisième colline extrême est assez proche finalement les dessins il
pas eu trop de dévolution et là on voit le résultat je pense que ça ce la
conséquence de ce travail des masses c’est qu’il y ait à la fois des cours
mais à la fois des endroits très tendu et j’ai creusé comme ça dans le noir le
bel objet et puis là les trois collines ans et des
essais de composition pour montrer qu’elles marchent très bien ensemble n’a
pas forcément besoin dit annick et ça apporte comme ça c’était l’idée c’est de
faire une palette d’outils pour les graphistes qui puisse ensuite joué avec
les différentes grèce et ses différents styles de de collier

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© Copyright 2019. Amrab Angladeshi. Designed by Space-Themes.com.